RDC : le gouvernement condamne le meurtre de Luca Attanasio
L'ambassadeur d'Italie à Kinshasa, Luca Attanasio, a été tué lundi par balles lors d'une attaque armée qui a visé un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) pendant une visite près de Goma dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de source diplomatique. Le président italien Sergio Mattarella a dénoncé "l'attaque lâche" qui a coûté la vie à son ambassadeur, le militaire italien Vittorio Iacovacci et à leur chauffeur. Le ministère italien des Affaires étrangères a confirmé lundi la mort de son ambassadeur en République démocratique du Congo (RDC), Luca Attanasio, qui voyageait avec un convoi des Nations unies dans l'Est du pays. " C'est vraiment avec peine et beaucoup de tristesse que nous venons d'apprendre le décès du jeune ambassadeur italien. Nous sommes d'autant plus peinés qu'il y a à peine une semaine il était ici dans ce bureau pour nous inviter à participer au G20 en Italie l'été prochain. Je présente mes condoléances non seulement en mon nom propre mais aussi nom des autorités de mon pays au gouvernement italien pour cette immense perte. Et je lui promets que le gouvernement de mon pays mettra tout en oeuvre pour découvrir qui est derrière cet ignoble meurtre ", a déclaré la Vice Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza. Selon une source diplomatique à Kinshasa, le diplomate a été tué par balles. Ils voyageaient en voiture "dans un convoi de la Monusco" , la mission des Casques bleus qui est présente en RDC depuis vingt ans, précise encore le communiqué du ministère. Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, qui se trouvait à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues européens, a annoncé son retour anticipé à Rome. "La République italienne est en deuil pour ces serviteurs de l'Etat qui ont perdu leur vie dans l'exercice de leurs fonctions" , a déclaré le président Sergio Mattarella en déplorant "l'acte de violence" . Le président du Conseil européen Charles Michel s'est déclaré "choqué par l'attaque d'un convoi" et "les vies perdues". "L'UE restera aux côtés de la RDC et sa population" pour la "sécurité et la paix" , a-t-il ajouté sur Twitter en présentant en italien ses condoléances à la famille. Luca Attanasio , âgé de 43 ans, était ambassadeur en RDC depuis octobre 2019, après être arrivé dans le pays deux ans plus tôt en tant que chef de mission, selon sa biographie officielle. Il était entré dans la carrière diplomatique fin 2003, après des études de commerce à l'Université milanaise Luigi Bocconi. Il avait démarré à la direction des Affaires économiques , avant de travailler sur les questions africaines et la coopération internationale. A l'étranger, il fut d'abord nommé chef de la section économique et commerciale auprès de l'ambassade de Berne (2006-2010), puis consul général à Casablanca au Maroc (2010-2013). Après un passage à Rome, il était aussi devenu conseiller à l'ambassade d'Italie au Nigeria en 2015. L'attaque contre ce convoi du PAM a eu lieu au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu en proie à la violence des groupes armés depuis plus de 25 ans. Cette région abrite le Parc national des Virunga , joyau naturel, touristique et menacé, qui est aussi le théâtre des conflits de cette région du Nord-Kivu, où des dizaines de groupes armés se disputent le contrôle des richesses du sol et du sous-sol. "Lorsqu'on a entendu des coups de feu, on ne savait pas ce qu'il s'était passé ", a raconté un témoin de la scène à notre correspondant. "Nous nous sommes rendus sur les lieux et l'on venait de kidnapper l'ambassadeur, ils l'ont emmené dans la brousse et aussitôt, ils ont fait des "accrochages" avec les éco gardes. Ils ont réussi à tirer sur l'ambassadeur. Ils ont tiré sur un chauffeur et le responsable de la sécurité de l'ambassadeur a rendu l'âme sur le champ. Et puis, d'un coup, les FARDC se sont rendus sur place et ils ont "réussi à sauver" l'ambassadeur pour l'emmener à Goma aux soins intensifs." Luca Attanasio est le deuxième ambassadeur européen en fonction tué par balles en RDC, après le Francais Philipe Bernard , tué le 28 janvier 1993 lors d'émeutes qui avaient conduit à des pillages à Kinshasa, sous le règne de l'ex-président Mobutu Sese Seko .