Cameroun : une émission de radio par des réfugiés pour les réfugiés
Emmanuel Ambei réfugié tchadien et sa camarade Coradie Mabelle arrivent dans les studios du Cirtef à Yaoundé. Le temps de prendre la température des lieux, Igor, un autre étudiant est déjà dans le studio radio pour l’enregistrement d’une émission. Il s’agit des jeunes réfugies vivant à Yaoundé et étudiants qui se sont constitués autour du projet Mégaphone. En effet après avoir obtenu une petite bourse du Haut Commissariat pour les Réfugiés, ces derniers se sont engagés à mettre sur pied une émission de radio qui allait parler des problèmes des réfugiés. Premier cas, celui des réfugiés centrafricains au Cameroun. Ils ont donc décidé d’aller dans toutes les zones camerounaises qui accueillent les réfugiés comme ici à Garoua Boulaï. Après la collecte d’informations sur le terrain, ils reviennent ici afin de documenter le grand public sur la situation et la vie des réfugiés. Si le projet porte sur l’émission radio, un deuxième volet porte sur la formation de ces jeunes réfugiés en journalisme et communication par les professionnels du CIRTEF. Il s’agit en clair pour les réfugiés à travers cet outil de parler des réfugiés. « Nos objectifs sont de pouvoir faire parler le réfugié, de pouvoir le faire connaitre aux autres et à la face du monde. Car nous sommes les mieux placés en tant que réfugié pour aborder nos frères et compatriotes réfugiés. Nous voudrions que le réfugié ne soit pas celui-là qui se sente délaissé, nous nous attendons à ce que le réfugié soit celui qui vive son quotidien à 100% comme un camerounais ». a déclaré Emmanuel Ambei, un étudiant réfugié. Un projet porté par étudiants réfugiés de plusieurs pays comme le Tchad, la République Centrafricaine, que Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés a décidé de soutenir. « C’est qu’on croit profondément que les meilleures personnes, les personnes les plus aptes à parler de la question des réfugiés, c’est d’abord les réfugiés eux-mêmes. Et donc on était très heureux de voir qu’il y avait des groupes de jeunes très motivés qui avaient envie de se former au métier de la communication et du journalisme parce qu’ils voulaient parler eux-mêmes de leur propres communauté ». a révélé Xavier Bourgois, Porte-parole du HCR Cameroun. Les émissions qui sont enregistrés seront diffusés sur la radio nationale et plusieurs autres médias et supports dès le 20 juin en prélude à la journée mondiale des réfugiés. Leur rêve est de pouvoir créer une station de radio qui va s’intéresser à la vie des réfugiés au Cameroun. Joël Honoré Kouam, correspondant Africanews au Cameroun.