Ouganda : l'apprentissage du cricket pour aider les adolescents
Il ne s'agit que de quelques mois d'entraînement et pourtant ces adolescentes connaissent déjà les bases du cricket... D’habitude ces filles ne seraient pas à l'école, elles travailleraient dans des fermes ou seraient peut-être même mariées... Mais ici dans la ville de Jinja, la fondation Gabula Royal, a lancé le programme "Cricket is Life" (le cricket, c'est la vie), grâce auquel ce sport est enseigné aux jeunes filles, dans le but de prévenir une grossesse précoce. Le taux de grossesse chez les adolescentes en Ouganda est de 25%, l'un des plus élevés d'Afrique sub-saharienne. Alors que les filles ici ont la possibilité d'apprendre un sport qui redevient progressivement d’actualité, cela pourrait être une intervention majeure pour réduire ce nombre. Dans une société ou le rôle des femmes est souvent cantonné à la fondation d’une famille, le cricket représente plus qu’un sport. Pour les filles, jouer au cricket est bien plus qu'un simple sport... c'est l'échappatoire idéal aux pressions de la société, qui considère que leur valeur réside dans la fondation d'une famille. "Ce jeu nous aide de bien des façons. Quand tu restes à la maison et que tu ne fais que travailler dans notre village, tu peux tomber enceinte. Mais si tu viens jouer au cricket, tu ne peux pas tomber enceinte." a révélé Nakiwogo Zainab, joueuse de cricket.  Et lorsque le confinement a été institué, les parents ne savaient pas quoi faire avec leurs enfants adolescents à la maison. "Ce jeu nous a beaucoup aidés à nous occuper de nos enfants. Nous n`avions pas d`activités pour les divertir."  a dévoilé Joyce Kintu, une parent d'élève.   La discipline sportive a été choisie avec tact pour inclure les garçons aussi. "Quand on regarde du football, la première chose que l’on se dit c’est que c'est un sport pour les garçons. Quand on regarde le netball, on se dit que c'est pour les filles, pourtant le problème de la grossesse chez les adolescentes est global" a déclaré Isaac Imaka, éducateur à la fondation Royale Gabula.  Le cricket n'est peut-être pas la solution à la maternité précoce en Ouganda, mais c'est un début de reconstruction de la confiance dont les filles ont besoin pour rêver à un avenir. Un reportage de Raziah Athman, correspondante Africanews, à Jinja, en Ouganda.