"Haut et fort", du Marocain Nabil Ayouch, au Festival de Cannes
Le film du réalisateur marocain, Nabil Ayouch, Haut et fort a été projeté jeudi au festival de Cannes. A 52 ans, il devient le deuxième réalisateur marocain sélectionné pour le grand rendez-vous mondial du cinéma. Pour réaliser son film, le cinéaste a puisé dans son centre artistique de Sidi Moumen où il offre des formations aux jeunes défavorisés. Et le directeur artistique, Anas Basbousi, un ancien rappeur devenu enseignant au centre culturel, joue dans Haut et Fort. Le film décrit l'univers d'une jeunesse portée par le Hip-Hop et devient le deuxième film marocain de l'histoire en compétition pour la palme d'or au festival de cannes. Un rêve d'enfant pour le réalisateur, Nabil Ayouch Haut et fort , est son septième long-métrage. "Le plus intéressant, c'est qu'ils soulèvent des questions qu'ils partagent avec les jeunes du monde entier. ces jeunes, quand vous les écoutez, ils ont raison, ils ont toujours raison, que ce soit à Casablanca, à Hong Kong, à Kinshasa, à New York ou à Paris. Et c'est beau de voir comment ils sont capables d'utiliser le hip-hop comme un outil, comme un moyen d'expression, de revendication sur certains sujets sociaux, politiques ou religieux qui font partie de leur quotidien explique t-il. Amoureux de Sidi Moumen, le réalisateur marocain avait déjà tourné des scènes de son retentissant Ali Zaoua prince de la rue (1999) et de Les chevaux de Dieu (2012), inspiré du roman de Mahi Binebine sur la radicalisation des 12 jeunes impliqués dans ces attentats ayant fait 33 morts. Pas de misérabilisme Au Maroc, la sélection de Haut et fort a été largement saluée, contrastant avec l'accueil incendiaire réservé à Much Loved , après sa projection à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, en 2015. Ce dernier, qui explore l'univers impitoyable de la prostitution à Marrakech, a été interdit au Maroc à l'époque et le réalisateur officiellement accusé d'"outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine. S'en sont suivies menaces de mort et campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux : l'épisode Much Loved n'est pas complètement oublié, mais les blessures sont largement pansées et ma détermination reste intacte, affirme le cinéaste. Nabil Ayouch déchaine les passions au Maroc. Ses détracteurs l'accusent de salir l'image de son pays, de surfer sur la misère des autres ou encore de faire des films destinés à un public occidental. Ceux qui disent que je surfe sur la misère des autres ne voient pas mes films. Je n'ai jamais filmé la misère. Mon regard n'a jamais été empreint d'un gramme de misérabilisme, se défend-il. "Je veux que mes films voyagent, mais mon public naturel est le public marocain" , ajoute celui qui avait été révélé avec son film Mektoub (destin), présenté à la section Forum de la Berlinale en 1999.