Kenya : migration spectaculaire des gnous
Des milliers de gnous ont traversé le parc de Serengeti en Tanzanie pour se rendre dans la réserve naturelle du Masai Mara au Kenya. Cette année, seuls quelques observateurs d’animaux étaient présents pour assister à la migration annuelle, car le tourisme international est toujours aux arrêts en raison de la pandémie de coronavirus. “Pour cette période de l’année, il pourrait y avoir un millier de touristes et plus, mais à cause de la pandémie qui a frappé le monde, c’est calme”, confesse Joseph Tiro, guide touristique. L’Office kenyan du tourisme estime qu’environ 290 000 touristes visitent le Masai Mara chaque année, pour profiter de la grande migration de milliers de gnous. Mais pour la première fois depuis son ouverture en 1961, la réserve de faune sauvage n’a pas eu de visiteurs, suite à la fermeture des frontières en mars pour endiguer la COVID-19. “Comme nous savons tous que la pandémie est partout dans le monde et que le Kenya a fermé son ciel, il n’y a pas eu de touristes dans le Masai Mara pendant très longtemps, en fait pendant environ quatre mois”, précise Eti Dayan, propriétaire du camp Masai Mara. >>> LIRE AUSSI : Afrique : 5 événements à ne pas manquer en 2020 “La semaine dernière, lors de l’ouverture de Nairobi, des touristes locaux sont venus et à partir de la semaine prochaine, j’espère que les touristes internationaux viendront et que nous respirerons à nouveau parce que je pense que la communauté Masai souffrait un peu du manque de tourisme et du manque d’emplois”, ajoute Eti Dayan. Au cœur des plaines majestueuses du Masai Mara, la pandémie de coronavirus a entraîné un désastre économique pour les locaux qui gagnent leur vie grâce aux touristes qui viennent voir la faune abondante du Kenya.