L'intégration de l'Afrique centrale en question
La zone CEMAC n’arrive toujours pas à maîtriser la crise économique qu’elle connaît depuis de nombreuses années. La croissance toujours plus lente devrait se stabiliser à 2,8 % cette année, selon les perspectives de la Banque mondiale. Excepté quelques pays comme le Rwanda, le Kenya ou encore l’Ouganda qui appartiennent à l’Union économique et monétaire ouest-africaine, les pays d’Afrique subsaharienne connaîtront une croissance molle de 2,8 % cette année, toujours selon les prévisions de l’institution de Bretton Woods. Un nombre en deça de la barre des 3 % frôlés par la croissance régionale au cours des quatre dernières années. Une situation qui a poussé la Banque africaine de développement à entériner sa stratégie pour l’Afrique centrale, ‘‘indispensable selon elle à l’intégration économique de la région’‘. À suivre dans cette édition, l’interview du docteur Ousmane Doré, directeur général du bureau régional pour l’Afrique centrale du groupe de la Banque africaine de développement, au micro de Michael Dibie.