Nigeria - Bénin : les plaies de la contrebande
Le Nigeria et le Bénin ont des avis divergents sur la façon de combattre le phénomène de la contrebande qui les affecte et entrave les échanges à leur frontière. On se rappelle de cette phrase de l’homme d’affaires nigérian Aliko Dangote lors de la table-ronde consultative sur la croissance de la Banque centrale du Nigeria, le 8 juin dernier à Lagos, au Nigeria. ‘‘Aucun pays ne peut survivre avec un voisin comme le Bénin’‘, s’exprimait-il pour parler de la contrebande orchestrée selon lui par son voisin, et qui serait en partie responsable des basses performances économiques du géant africain. Des propos face auxquels le Bénin a réagi par la voix de Romuald Wadagni, son ministre de l’Industrie et du Commerce qui n’exempte pas son voisin des mêmes actes de contrebandes. La BEAC veut réguler les taux de transfert d’argent Régulation des taux de transfert d’argent dans la sous-région Afrique centrale, la BEAC recadre les banques et durcit les conditions d’envoi des fonds à l’extérieur. C’est un véritable casse-tête que vivent depuis un certain temps les populations de l’Afrique centrale pour ce qui est des transferts d’argent vers l’extérieur. Une situation qui ne risque pas de s’améliorer de sitôt du fait des nouvelles mesures prises par la Banque des États de l’Afrique centrale qui veut fixer le taux maximum de la commission de transfert et ainsi contourner le phénomène de ‘‘fuite de capitaux.’‘